Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Le genou mécanique : de la déchirure méniscale à la prothèse totale (IDE)

DPC indemnisé par l'ANDPC (sous réserve d'éligibilité)


Objectifs :
A l’issu de cette formation, les stagiaires doivent : 
-    Savoir interroger le patient devant une gonalgie mécanique ;
-    Etre capable de pratiquer un examen clinique spécifique du genou ;
-    Pouvoir dépister et diagnostiquer une gonarthrose dès le stade précoce ;
-    Etre capable de rechercher les autres localisations de l’arthrose ;
-    Savoir différencier une atteinte ostéo-chondrale d’une atteinte méniscale ou ligamentaire ;
-    Pouvoir poser les indications des moyens diagnostiques paracliniques et savoir expliquer au patient l’inutilité de certains examens ;
-    Savoir prendre en charge une douleur aigue ou chronique de genou mécanique en première intention ;
-    Connaitre l’arbre décisionnel et savoir programmer les moyens thérapeutiques médicaux, chirurgicaux, rééducatifs et posturaux.


Résumé :
Qu’ils soient infirmiers, kinésithérapeutes, médecins, podologues, chirurgiens orthopédiques, tous les professionnels de santé sont confrontés au quotidien aux pathologies mécaniques du genou, et ce quel que soit le stade (pathologie méniscale, arthrose débutante ou plus évoluée, prothèse totale…). En effet, l’arthrose est la plus fréquente des maladies articulaires dont le genou est le site privilégié (4,7 % chez les hommes et 6,6 % chez les femmes en souffrent). Sa prévalence est en augmentation du fait du vieillissement de la population (avec un maximum d’incidence entre 70-79 ans), de la proportion grandissante du nombre de sujets obèses et de la sur sollicitation physique, notamment des genoux, dans certaines pratiques sportives ou bien par la traumatologie qui en découle.
            Au-delà des douleurs engendrées, la gonarthrose est responsable de handicap fonctionnel à partir d’un certain stade et a un retentissement évident sur la qualité de vie des personnes atteintes (loisirs ou actes de la vie quotidienne).
            La prise en charge médicale des patients est basée sur des traitements non médicamenteux (perte de poids, exercice physique, chaussures et semelles, orthèses et cannes) et médicamenteux (traitements per os, injectables, voire visco-supplémentation). Lorsqu’elle est devenue inefficace pour soulager les douleurs aiguës ou chroniques et améliorer la limitation des mouvements, le remplacement de l’articulation du genou par une prothèse est alors la solution ultime devant une arthropathie du genou.
            Que ce soit sur le plan préventif, ou pour le dépistage précoce, la prise en charge d’une gonarthrose plus évoluée, ou bien encore au stade prothétique, tous les professionnels de santé doivent se sentir concernés, tant les podologues que les infirmiers, les kinésithérapeutes, médecins ou chirurgiens.

            Cette formation va permettre aux participants de bénéficier d'une approche pluri-disciplinaire à la fois diagnostique, thérapeutique (médicale et chirurgicale) et rééducative du genou douloureux.

Les séminaires de formation
Quatre cocos - ile maurice
02/12/2019
Les experts :
Dr Jean-François CAZENEUVE