Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Postée le: 
17/02/2020

Chères consoeurs, chers confrères,

 

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’une autre nouveauté que nous proposons et qui va, selon nous, dans le sens de l’histoire ou plutôt de l’évolution de la Médecine.

 

Qui n’a jamais rêvé de voir à travers un corps solide ?

 

L'échographie occupe une place privilégiée au sein de l'imagerie médicale, comme examen de première intention, pour l'élaboration de nombreux diagnostics. C’est la main du médecin qui voit…ce qu’elle palpe. 

Dans de nombreux pays, les soignants de premier recours, notamment en médecine générale, utilisent l’échographie de manière quotidienne. Il existe une réelle opportunité pour les médecins généralistes d’augmenter leurs compétences techniques et cliniques en se saisissant de ce nouvel outil qui deviendra, au XXIème siècle, aussi courant que le stéthoscope au XXème. 

Comment s’approprier et inclure l’échographie dans sa pratique de soignant de premier recours ? L’échographie réalisée par le médecin généraliste est une chance supplémentaire donnée au patient, dans une situation clinico-échographique particulière, en échoscopie ou dans la gestion de l’incertitude ; c’est en outre un bel outil de communication. Une échographie est une somme de gestes. Chaque geste en échographie apprend quelque chose (absence ou présence de telle ou telle structure, anomalie, etc.). Certains gestes sont à la portée de tous, et peuvent conforter un diagnostic de façon immédiate. Le moindre doute, en médecine générale, conduit à faire pratiquer une échographie de contrôle par un spécialiste. 

L’objectif de cette formation est d’acquérir des connaissances approfondies dans le domaine de l’échographie clinique, dans le but d’obtenir une véritable compétence théorique et pratique, fondée sur l’apprentissage et la pratique des différentes modalités d’exercice de l’échographie.  L’utilisation de l'échographie par le médecin généraliste permet de réduire l’incertitude diagnostique (le mollet induré du vendredi soir par exemple), faciliter l’accès au plateau technique et renforcer la pertinence du parcours de soins des patients en soins primaires. Cette formation tournera évidemment autour de la pratique, des bases théoriques étant envoyées en amont et en aval de la formation aux participants. Pour chaque étude d'organe, vous apprendrez les techniques de l'examen, l'écho-anatomie normale et les aspects pathologiques. L'écho-Doppler sera également abordée au sein du cursus.

Contenu de la formation :

En amont de la formation, de la théorie à potasser (pour les plus sérieux ou courageux), mais la documentation sera distribuée le jour de la formation et chacun pourra les consulter. Au menu :

  • un glossaire avec définitions importantes à connaitre (termes échographiques utiles, définitions anatomiques, termes techniques…) ;
  • des rappels anatomiques et physiologiques, notions de sémiologie radiologique ;
  • des rappels rapides des indications des principaux examens d’imagerie ;

 

Organisation pratique :

  • Le formateur : Dr Raphaël Honikman, radiologue.
  • Les dates : jeudi 9, vendredi 10 et samedi 11 avril 2020 (première session de 3 jours). Il y aura également une journée découverte de l’échographie, totalement indépendante de la formation 3 jours, pour ceux qui seraient intéressés par une initiation ou simplement pour « essayer » (date à déterminer en fonction des pré-inscriptions).
  • Pour le matériel : appareils portatifs au choix (tablette + sondes), en leasing (avec possibilité d’essai sur 2 ou 3 mois).
  • Sondes utiles pour commencer : 3.5 Hz (courbe)  et 7.5 ou 10 MHz (linéaire). Le leasing est nécessaire pour le matériel de radiologie, et en fin de location, il faut demander de nouvelles sondes pour éviter d’avoir un contrat de maintenance…

 

Formation amenant les participants à faire par la suite des cotations ? Dans un premier temps, envisagez ce cursus d’apprentissage de l’échographie comme aide au diagnostic pour médecins de campagne, loin de tout, et/ou dans zones où les délais sont très longs, ou tout simplement pour enrichir sa propre pratique et pour l’intérêt intellectuel. Après les niveaux 1 et 2, chacun est responsabilisé. Il faut pratiquer régulièrement, être à l’aise avec la technique, les rapports anatomiques, la pathologie… avant de coter quoi que ce soi et, surtout, respecter certains critères (compte rendu précis, édition d’images…). Après, avec de l’expérience, ceux qui le souhaiteront pourront coter. 

Je vous remercie pour votre lecture et j’espère avoir aiguisé la curiosité, pour certains, et avoir étanché la soif de questions, pour d’autres. Cliquez ci-après pour découvrir le contenu de la formation et les programmes de l’Initiation et de la formation de 3 jours.

 

 

Docteur Simon LATAPIE

Pôle pédagogique et scientifique du Gema

 

 

Echographie formation 1 jour  

Echographie formation 3 jours  

Formations associées

Aucune formation correspondante
Voir les autres formations